Notre troisième Afro&FITwoman est une femme impressionnante, inspirante au possible … et aussi une vraie pipelette ! Ça a été un plaisir de collaborer avec elle ! L’équipe d’Afro&FIT s’en souviendra. Nous vous présentons Gladys (@SoGladFit), une femme, une maman et une toute jeune marathonienne !

Bonjour Gladys, pour commencer, racontez-nous votre parcours sportif ?image10
J’ai toujours fait du sport depuis très jeune, je suis une ancienne gymnaste (barres asymétriques). Donc pour moi le sport a, dès l’enfance, fait partie intégrante de mon mode de vie. Après la gymnastique, j’ai fait de l’athlétisme et du volley ball. Lorsque ma fille était petite, j’ai du faire une pause sportive. J’ai ensuite repris avec du fitness, de la musculation, du TRX, du free fight et depuis 4 ans le running est devenu mon quotidien.

Vous avez récemment couru un marathon, dont on parlera plus tard, quels seront vos prochains objectifs ?
Je pensais que le plus gros objectif de cette année pour moi serait le marathon … Et bien non ! Toujours plus loin, toujours plus haut !Je me suis lancée depuis peu dans le trail avec des objectifs un peu ambitieux comme par exemple le trail de Cernay-la-ville de 18km, la Cortina Skyrace avec The North Face de 20km avec 1200 D+ (aie aie aie les cuisses vont brûler !) et un triathlon en équipe en fin d’année dans un pays chaud mais… chut… je laisse encore planer le suspense.

À quoi ressemblent vos semaines d’entraînement ?
Je m’entraine généralement 5 à 6 fois par semaine avec des sorties run (sur route ou en forêt), des fractionnés, des training sous forme de HIIT (dynamique et cardio). Pour compléter mon entraînement, je participe aux cours de PPG (préparation physique générale) de Christophe Ruelle en vue de gagner en puissance musculaire. En parallèle, je teste depuis peu l’électrostimulation avec le short Slendertone Bottom compilé aux sessions ciblées abdos/fessiers de la coach Julie Ferrez.

Et au niveau de l’alimentation, comment mange une marathonienne ?
Je n’ai jamais eu de plan nutritionnel particulier (en dehors de ma préparation spécifique au marathon bien sur). Je n’ai pas envie de me frustrer en pesant mes aliments, en comptant les calories ingurgitées ou en suivant le régime de la voisine (car chacun a ses besoins). J’aime manger sain et équilibré et puis ça tombe bien, j’adore presque tous les fruits et les légumes. Je limite depuis quelques temps les viandes rouges pour privilégier les poissons, les viandes blanches et les protéines végétales. Je ne bois pas d’alcool, chez moi les sodas sont banis depuis presque 10 ans et tout ce qui est friture est occasionnel. Je mange mes 3 repas par jour en évitant d’en sauter un et m’octroie 2 en-cas dans la journée (1 dans la matinée vers 10h30/11h et 1 en fin d’après midi) ; en général c’est soit 1 fruit, 1 fromage blanc, 1 barre de céréale ou bien un mélange de noix/graines et de fruits séchés (si le moral est un peu bas ou le stress un peu haut se sera… un TWIX !!! oups je l’ai dit !). En plus de ma bouteille d’eau d’1,5l je bois 2 ou 3 thés ou tisanes dans la journée (mes préférés : le BB détox de chez KusmiTea et le tout nouveau Run For Løv de chez Løv Organic).

Vous êtes officiellement une finisheuse du Marathon de Paris ! Félicitations ! Qu’est-ce qui vous a poussé à courir le marathon ?
Merci à toute l’équipe d’Afro&FIT ! J’ai toujours eu cette envie de me challenger, de dépasser mes limites, de battre mes performances et à l’aube de mes 44 ans c’était une médaille que je voulais plus que tout détenir. Quand j’ai commencé à courir (péniblement je l’avoue), petit à petit, l’idée de courir un 10km a commencé à germer dans mon esprit, puis un semi-marathon et enfin un marathon. Lorsque je voyais des posts sur des nanas finisheuses de marathon, je me disais : « un jour tu seras marathonienne ! ». C’était mon rêve secret.
Mais quand j’ai vu la splendide Alicia Keys finisheuse du marathon de NY 2015 (imaginez mes yeux écarquillés !) avec sa phrase : « Wow ! What a day ! We did it ! ». J’ai dit moi aussi je peux « did it » !!!

Comment ce sont passé les entrainements ? À partir de quand avez-vous commencé la préparation ?
Les entrainements étaient assez difficiles je l’avoue, tant physiquement que psychologiquement. Avec ma bande de copines (mes partners in crime comme je les appelle : Julie, Dorothée et Laura), on a commencé fin décembre ; 4 mois à courir et s’entrainer non-stop, coûte que coûte, qu’il pleuve ou qu’il vente, à se lever tous les dimanches matins tôt pour sortir faire nos sorties longues, à gérer 1 fractionné court et 1 fractionné long par semaine, sans oublier les autres training. Très sincèrement, il y a des moments où je me demandais vraiment ce qui m’était passé par la tête pour me lancer dans une telle aventure. De gros moments de doutes, d’interrogations aussi mais le soutien des amis, de la famille et de ma fille surtout faisait repartir ma détermination de plus bel.

Et la course alors ? Comment vous sentiez-vous avant la course, pendant la course et dans les derniers kilomètres ?
Euh … Attention, ça va être long !
Le matin on était au taquet avec les filles, on prend des selfies, on rigole, on destresse… bref, on est bien !!! Il fait froid mais la journée promet d’être chaude ! L’ambiance est festive, les musiques entraînantes… on danse même.

(OOPS ! C’ÉTAIT SI LONG MAIS TELLEMENT INTÉRESSANT QU’AFRO&FIT A DÉCIDÉ DE CONSACRER UN ARTICLE ENTIER AU RÉCIT DE NOTRE JOLIE AFRO&FITMOM !)

Et enfin, au bout de 4 heures et 42 minutes vous franchissez la ligne d’arrivée ! Qu’avez-vous ressentie à ce moment-là ?
Un des moments les plus fort du marathon est, comme vous pouvez vous l’imaginer, le passage de la ligne d’arrivée. J’ai tout donné sur le parcours, en pensant à tous ceux que j’aime profondément (même la personne que vous détestée le plus devient un booster ! Mais non je rigole, je ne déteste personne !). J’étais remplie d’émotions en pagaille, mais un sentiment incroyable de satisfaction, saupoudré de fierté (oui mais une grosse louche hein), parsemé de devoir accompli et mijoté avec bonheur à surgit en moi.

Et si c’était à refaire ?image5
Alors que se passe-t-il une fois la ligne d’arrivée franchie ? Tout d’abord je me suis dis « Je ne referais plus jamais ça ! ». C’est la 1ère fois que je me suis retrouvée à ce point au bout de ma vie, les derniers kilomètres étaient interminables ! Mais plus tard, je me suis surprise à planifier mes prochains défis. Pffffff incorrigible cette fille ! Donc pour un prochain marathon en 2017 c’est OUI OUI OUI ! Et pourquoi pas à l’étranger cette fois ??

Qui sont vos modèles dans le running ? Qui vous a donné envie de courir et de vous dépasser ?
Mes modèles dans le running, c’est toutes ces femmes qui courent, jeunes et moins jeunes, qui trouvent le temps malgré les enfants, le travail, les études, les maris peu compréhensifs parfois, le repassage à faire ou autres intendances domestiques.
Lorsque Julie, la co-fondatrice de @mademoisellerun, m’a proposé il y a plus d’un an d’être la 1ère ambassadrice de son mouvement de running féminin, j’ai même pas réfléchi, j’ai dis OUI. J’ai aussi découvert les joies du run collectif et de la bonne ambiance de groupe qui font oublier l’ennui et la démotivation.

D’où tirez-vous votre motivation ?
Je suis à la base quelqu’un de motivée et surtout de très déterminée et lorsqu’on rajoute à cela les joies des runs collectifs du #mademoiselleruncrew et la bonne ambiance du groupe on oublie vite l’ennui et la démotivation. Avez-vous vu le film Free To Run ? C’est un beau documentaire qui montre comment courir, avant, était considéré comme un sport de farfelus, de marginaux, dont les femmes étaient exclues. Dans les années 1960, avoir le droit de courir devient un combat pour les femmes : frisson garanti !

Et les jours où absolument rien ni personne ne semble vous motiver à bouger ?
Bien sur que cela m’arrive, surtout pour les training en extérieur lorsqu’il pleut, ou qu’il fait froid ou encore qu’il fait trop chaud ! Et puis il paraît que c’est pendant ces moments là que le mental se forge. Mais je garde toujours en tête l’objectif que je me suis fixée en ayant une attention particulière sur mon gros point faible : les dénivelés, côtes et autres montées !

Que conseillez-vous aux Afro&FITwomen qui ont envie de débuter dans le running et puis à long terme, courir un marathon ?
Débuter la course à pied, c’est une grande aventure. Nous sommes tous capables de courir, c’est dans la nature humaine. Courir est un exercice qui détend et qui fait retomber la pression accumulée au cours des longues journées. On y trouve une liberté dans les horaires et les lieux qui le permettent sont presque illimités.
Que l’on commence le running pour se mettre au sport ou pour perdre du poids, je dirais que tout se joue dans la progressivité, faire attention à ne pas brusquer son corps, et puis rien n’empêche de commencer en alternant course et marche.
image11Il est également primordial de choisir une tenue adaptée où vous êtes à l’aise, les marques de sports sont nombreuses, vous trouverez des vêtements et des baskets sans pour autant se ruiner.
Autre point important : fixez-vous des objectifs ! commencez par 1 jour par semaine, puis essayer selon votre emploi du temps d’en caser un 2ème, puis un 3ème. Partir pour 2km, puis 4, puis 6….. Pensez également à changer de parcours (dans la mesure du possible) pour éviter de tomber dans une routine ennuyante.
Allez-y avec une copine, c’est une belle motivation pour ne pas se dire « pffff non pas ce soir, j’irais plutôt demain » ; parce qu’on ne pose pas de lapin à ses amis.
Pour le long terme, le plus serait de faire parti d’un club, d’un groupe de runners, d’une team avec lequel vous pourrez faire des training plus spécifiques comme le fractionné court ou long (que je déteste faire seule !). A plusieurs, on a une dynamique de groupe importante qui nous aide à tenir dans l’effort (quand c’est dur, quand ça brûle) et qui titille notre esprit de compétitivité.

Merci beaucoup pour cette interview Gladys, où peut-on vous retrouver ?
Mon compte Instagram a récemment été piraté, j’ai malheureusement perdu toutes mes publications sportives mais je ne me suis pas laissée abattre pour autant et j’ai recommencé a poster sur mon compte « officiel » (big LOL) @sogladfit. Je vous invite également à découvrir le mouvement www.mademoisellerun.com : le site des runneuses heureuses et épanouies ancré dans le quotidien des femmes qui aiment courir sans pour autant être obsédées par le chrono. Nous nous adressons aussi bien aux débutantes qu’aux confirmées. Alors ? Rejoignez la communauté !

 

L’équipe d’Afro&FIT a été très heureuse de collaborer avec notre toute première Afro&FITpipelette ! Surtout revenez parmi nous mardi pour vous inspirez de son récit sur le marathon. Que vous souhaitiez courir ou pas, c’est le genre de poste qui motive au plus haut point !